Presentation

Observatoire Tunisien de la Sécurité GlobaleLObservatoire Tunisien de la Sécurité Globale est une structure citoyenne créée sous forme d’une association de droit tunisien à but non lucratif et à caractère scientifique, ayant vocation à valoriser les études et les recherches sur le thème de la Sécurité Globale
L’Observatoire constitue un centre indépendant d’expertise et d’information dans le domaine de la sécurité globale agissant notamment à travers les manifestations qu’il organise, ses publications et son site web.

 

L’Observatoire fait siens les Principes et les Revendications de la Révolution Tunisienne. Il s’inscrit dans la continuité du processus de modernisation et de démocratisation de l’Etat en Tunisie. Il ne se réfère dans son action à aucune appartenance politique, religieuse ou culturelle.

Réfléchir, expertiser, former,  informer, publier, communiquer avec les outils fournis aujourd’hui par les nouvelles technologies dans une structure multi-acteurs, l’Observatoire tend à faire le lien entre le local, le national et l’international en définissant des champs communs de recherches, d’actions, des partenariats et des logiques d’intervention.

Les ambitions qui président la création de cette structure inédite dans notre paysage institutionnel est à la fois de décloisonner la perception et le traitement des problèmes de sécurité et de former une nouvelle pensée donnant corps au concept de Sécurité Globale. Car, une des missions de l’Observatoire est de combler le vide en la matière et de contribuer à dépassionner et à désidéologiser le débat public sur le thème de la sécurité. En effet, développer la recherche et la réflexion au sein de ce nouvel espace devrait permettre de mieux cerner les enjeux du concept de sécurité globale afin d’en faire un nouveau référentiel dans l’appréhension des problèmes des mutations de notre appareil sécuritaire.
A ce titre, les recherches et les expertises qui seront menées au sein et par l’Observatoire auront pour vocation d’éclairer les décideurs confrontés à l’obligation de moderniser et de démocratiser la police.  Il transmettra et diffusera ainsi dans l’institution policière les connaissances nouvelles que produit la recherche, soit par la synthèse de l’expérience de terrain, soit par l’examen comparatif des travaux effectués dans les pays étrangers.